Sélectionner une page
Cet article prend 6mn à lire et contient 1481 mots.

Vraisemblablement connu Sur YouTube pour ses films d’animations, Fabiano Cruz nous propose un contenu irrégulier à la fois riche et qualitatif.

Bien que ses courts-métrages de dessins animés ne dépassent généralement pas les 5 minutes, ils sont complets et représentés avec des personnages en bâtonnets et des décors adaptés.

Fabiano Cruz est un YouTuber confirmé depuis 2008, vivant au Brésil. Son travail, ou plutôt sa passion, est des créer du contenu visuel adapté à tous sur des événements “marquants” du moment.

Si aujourd’hui nous vous parlons de ce YouTuber, c’est surtout puisque sa dernière création datant d’il y a 2 semaines n’est nulle autre que “Sticknite”, son interprétation du jeu à succès Fortnite Battle Royale.

Sticknite, Fabiano Cruz nous montre sa version de Fortnite

Durant cette animation de 2 minutes 55, le créateur nous propose de visualiser les moments clé d’une partie du Chevalier Noir qui réalise 12 éliminations !

Vu l’ampleur de ce chiffre, et le fait que le « Streamer Mode » soit activé, on peut imaginer que cette vidéo soit inspirée de faits réels, mais virtuels. En d’autres mots : Fabiano a peut-être retracé la partie d’une célébrité de la scène Fortnite.

Si cette vidéo a retenu notre attention, c’est avant tout pour sa multitude de précisions en ce qui concerne l’univers de notre jeu coup de cœur. Que ce soit en terme de skin, d’armes ou même de lieux, Fabiano Cruz nous a entièrement redessiné l’atmosphère dans lequel nous jouons des heures entières.

Résumons la partie de notre valeureux Chevalier Noir

Le chevalier noir atterrit à Pleasant Park, dans la maison bleue, aux trousses d’un “Skin Bambi” qu’il élimine sauvagement à coups de pioche.

Ensuite, on le retrouve dans la toiture, occupé d’engloutir une grosse potion, qui par ailleurs, contient un liquide qui défie les lois de la gravité.

Notre Chevalier casse ensuite le toit pour obtenir un angle de vue sur l’arrière de la maison, où passait justement l’Experte des Câlins, équipée d’un fusil à pompe de guerre légendaire sur lequel notre ami se précipitera. À peine ce dernier ramassé qu’un autre ennemi surgît. Cette fois-ci, ce sera Rapace équipé d’une AK verte.

Dans les scènes suivantes, notre héro délogera la Chef de l’Équipe Bleue de sa construction de 1 sur 1 et assassinera l’assassin, skin ultime de la Saison 3 en personne, à coups de pompe après un double edit.

Après ce carnage, il se retrouve sur une montagne où il one shot violemment le Cartoucheur qui campait au sniper, arme qu’il ramassera instantanément pour tuer un Poiscaille qui courait dans la plaine en switchant inlassablement entre sa pioche et son pompe.

Notre vaillant soldat remportera par la suite un combat rapproché contre la jolie Brite Bomber en la tuant avec à peine quelques tirs de Scar, exécutera Ragnarök de deux coups de pompe et tuera d’un seul coup le Nomade après avoir édité un sol.

Par la suite, il gagnera son buildfight grâce à la sagesse, car plutôt que de continuer de monter comme son adversaire, il choisit de rester en bas pour placer un mur au dernier moment tandis que Casse-Noisette tirait sa roquette.

Enfin, alors qu’il s’est enfermé dans son box de 1 sur 1, notre Chevalier Noir se fait spam à la Thompson par le Voleur de Cœur. Situation à laquelle il mettra un terme en plaçant simplement un piège au dessus de son adversaire, ingénieux n’est-ce pas ?

Et là, c’est le moment le plus intéressant de la partie, l’affrontement final, le duel ultime, 2 joueurs restants, un seul gagnant !

Fort heureusement pour notre Chevalier, son dernier adversaire est le skin Bambi Jonesy qui campe dans un buisson en laissant dépasser le canon de son fusil de sniper lourd.

Notre vaillant soldat pensant n’en faire qu’une bouchée lui saute dessus mais sont -23 au pompe ne viendra pas à bout de Jonesy qui le no-scope dans la tête avec son sniper. Suite à ça, la danse du Bambi désormais si célèbre suit, ansi que le nombre de kill de ce dernier, à savoir 1.

Une situation qui reflète la réalité

Cette situation illustre à la perfection les parties actuelles du Battle Royale le plus célèbre du monde qui se veut d’être ouvert à tout publique et de donner la chance à n’importe qui de gagner. Que ce soit à mains nues ou avec un Robot dévastateur qui tire des missiles et peut collecter des ressources de la manière la plus rapide qu’il soit…

Une précision hors du commun

Fortnite : Les courts-métrages de Fabiano Cruz 1

Pour en revenir à Fabiano Cruz, ce qui m’a le plus épaté dans son animation, c’est le soucis du détail. On reconnaît très bien les lieux Pleasant Park, Salty Springs, Dusty Divot et parfois même les montagnes !

De plus, les dégâts des armes ainsi que de la pioche, du nombre de matériaux à la collecte ou encore l’animation de mort avec le drop de l’inventaire correspondent à la perfection à notre Fortnite Battle Royale.

On remarquera également cette certaine logique dans la chronologie où le Chevalier Noir n’utilise que des armes qu’on l’a vu ramasser dans le loot de ses adversaires défunts !

On peut notamment noter ce changement rapide entre l’AR verte et la Scar en or qui sera utilisée la scène suivante.

Un autre détail qui m’a littéralement émerveillé, c’est le Poiscaille gambadant qui switch d’armes, une telle précision se doit d’être soulignée !

Cette logique est toujours présente dans les déplacements du Chevalier Noir : Il commence la partie à Pleasant Park, après quoi il se bat près de la montagne des acrobaties. Ensuite, sûrement après avoir dû courir pour rejoindre la tempête, il se retrouve sur une des montagnes entre Dusty Divot et Tilted, la plus proche du cratère, il descend de cette dernière pour se battre aux alentours de Salty Springs et finira la partie à côté de Dusty Divot.

Et dans cet esprit on peut encore remercier ces instants de buildfight en 2D qui sont littéralement magnifiques. Les edits sont très propres et bien réalisés, les proportions respectées tout comme la logique de certaines mécaniques telles que la construction turbo.

Une telle précision sur l’itinéraire, le loot, les connaissances en buildfight avec ce « trap 200 IQ » me font croire davantage que cette réalisation est basée sur une partie réelle. Ceci étant, elle peut aussi simplement être le fruit de l’imagination de notre YouTuber.

Des petites incohérences

La seule chose qui m’intrigue est que la carte de la Saison 8, avec le volcan, Lazy Lagoon, Retail Row ou encore Loot Lake avant la découverte de la trappe, est illustrée au début de l’animation. Pourtant, le Chevalier Noir dispose bel et bien d’un Fusil à pompe de guerre légendaire tout au long de la vidéo.

Bien entendu, cette petite incohérence n’est aucunement nuisible pour apprécier le travail incroyable effectuer par Fabiano Cruz.

Un autre détail a pu attirer mon attention : À la fin de cette animation, l’écran de défaite est celui qui nous faisait face lors des premières saisons du jeu alors que nous sommes inévitablement aux alentours de la Saison 8.

À mon avis, ce choix est intentionnel et a pour but de jouer sur la nostalgie de certains d’entre vous. Pour ma part, accompagné de la musique intense de la danse du Bambi, ça a eu son petit effet.

J’espère l’avoir partagé par le biais de cet article, n’hésitez surtout pas à regarder les autres animations de Fabiano Cruz, il en a surtout faites sur Dragon Balls mais il y en a une sur Mario, Mortal Kombat et bien d’autres.

Malheureusement, je n’ai pas pu le contacter pour en savoir un peu plus sur son implication par rapport à Fortnite, ne serait-ce que pour savoir s’il s’est inspiré de stream ou de ses propres parties pour réaliser son court-métrage. Mais une chose est sûre, c’est une personne qui mérite d’être remarquée pour son talent incontestable dans l’animation 2D.

À lire également :

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .


Auteur de l'article

EN LIVE
OFFLINE
5 Partages
Partagez3
Tweetez2
Enregistrer
Reddit
WhatsApp

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :